En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui nous permettront de vous offrir un service optimal. OK

Un grand roman méconnu : Un dénommé Ramondès d’Alberto Vigevani

Date:

03/06/2019


Un grand roman méconnu : Un dénommé Ramondès d’Alberto Vigevani

Chez Se m’ami Libreria Ristorante

Un grand roman méconnu :

Un dénommé Ramondès d’Alberto Vigevani

Roman antifasciste ou roman d’espionnage ? Roman satirique ou roman d’amour ?

Invitation à la redécouverte d’un chef-d’œuvre méconnu de la littérature italienne du XXe siècle.

Avec la participation de Vincent d’Orlando et Marco Vigevani.

Vincent d’Orlando, traducteur du roman, est maître de conférence à l’Université de Caen Normandie et spécialiste de littérature italienne contemporaine.

Marco Vigevani, fils de l’auteur, est l’un des plus importants agents littéraires italiens.

Un certo Ramondès, publié en 1966 chez Feltrinelli et épuisé depuis longtemps, réapparaît aujourd’hui en français sous le titre Un dénommé Ramondès dans la collection des “Cahiers de l’Hôtel de Galliffet” dirigée à Paris par Paolo Grossi.

1940 : un jour de mars, à quelques semaines de l’entrée en guerre de l’Italie, un dénommé Ramondès arrive de Paris à Milan. Médiocre homme de lettres, il travaille pour les services secrets français, qui lui ont confié la mission « d’informer les officiers supérieurs des projets et des espoirs des intellectuels et surtout de l’état de l’opposition ». Suite à une série de malentendus, ses interlocuteurs milanais le prennent pour le célèbre critique littéraire, presque homonyme, Ramon Fernandez. Cette imposture onomastique lui donne accès aux cercles culturels de la capitale lombarde… Récit brillant (entre Gadda et Proust sur le plan stylistique), hommage à la culture française aimée par son auteur, Un dénommé Ramondès propose une plongée, sans équivalent dans la littérature italienne, au cœur d’un moment de crise où, comme nous le rappelle la célèbre formule de Gramsci, deux mondes s’affrontent : celui qui ne veut pas mourir, constitué par des intellectuels érudits pour qui la littérature est un refuge apaisant, et celui qui ne peut encore naître, empêché par l’emballement de la folie des hommes.

Alberto Vigevani (1918-1999) a été l’une des personnalités marquantes de la littérature italienne de la seconde moitié du XXe siècle. Protagoniste de la vie intellectuelle milanaise depuis la fin des années trente, il participe en 1938 à la création de la revue Corrente, qui sera supprimée deux ans après par le régime fasciste. En 1944 il publie le roman I compagni di settembreLes camarades de septembre »), qui s’inspire de son expérience d’exil en Suisse au cours de la guerre. Bibliophile raffiné, libraire, fondateur des éditions « Il Polifilo », à partir des années cinquante il entreprend la publication d’une série de romans où le goût de la mémoire et de l’évocation du passé n’est jamais loin d’une volonté ferme d’explication et de jugement. Parmi ses livres publiés en français : Un été au bord du lac, 1989 (Estate al lago, 1958) ; Une éducation bourgeoise, 1990 (Una educazione borghese, 1987) ; Le Tablier rouge, 1991 (Il grembiule rosso, 1975) ; Une brève promenade, 2002 (La breve passeggiata, 1993) ; Un monde sans faille, 2016 (Lettera al signor Alzheryan, 1973).

Renseignements

Date: Lun 3 Jui 2019

Horaire: De 18:30 à 20:30

Entrée : libre


1893